L’Origine

l'origine naturelle de l'or

L’or des alpes

L’or naturel de Suisse est exclusivement produit à partir du sol et du sous-sol suisse par des techniques propres et respectueuses de l’environnement.

L’or peut être suivi et tracé tout au long de sa chaine de production,
durant les étapes de concentration du gravier aurifère (quelques milligrammes par tonne),
de purification et jusqu’au produit final qui approche 900 ‰ d’or.

L’origine de l’or naturel de suisse en région lémanique

Les gisements d’or des Alpes se sont formés par étapes durant la genèse des montagnes depuis 50 millions d’années. Les filons aurifères remplirent les fissures des montagnes, durant la collision entre les plaques européennes et africaines.

D’où provenait cet or ? Celui-ci avait été auparavant lessivé des roches de la croûte continentale profonde sous l’action de fluides hydrothermaux (eau chaude, gaz carbonique, sels dissous et soufre). L’or a été transporté sous forme dissoute et complexée avant de se concentrer localement avec d’autres métaux comme l’argent. L’or s’est ensuite déposé avec du quartz et des sulfures dans des fissures, des zones de failles et le long de contacts rocheux propices. Ces fluides chargés d’or atteignaient des températures entre 200 et 500°C. La plus grande quantité de l’or de la Terre est maintenant concentrée dans des veines et des amas disséminés, cachés dans de minuscules grains de sulfures comme la pyrite, l’arsénopyrite, tandis qu’une petite proportion se trouve sous la forme d’or natif métallique.

 

Dès 20 millions d’années, de puissantes rivières ont érodé et démantelé de larges portions des Alpes durant leur élévation. Elles ont dégagé l’or des filons par fragmentation puis l’ont transporté. Celui-ci s’est finalement accumulé dans les graviers et sables des plaines au pied des montagnes. Cet or n’était cependant pas encore arrivé en région lémanique.

L’or s’y est déplacé surtout à partir de 2 millions d’années, lorsque les glaciers ont incisé les vallées alpines, transportant et broyant les roches en graviers et sables sur des centaines de kilomètres. La cuvette genevoise a été recouverte par les glaciers du Rhône et de l’Arve au moins 6 fois. L’action glaciaire a modelé le paysage profondément, responsable en partie de la dépression du Lac Léman. Le glacier a laissé d’épaisses couches de moraines et de graviers lorsqu’il s’est retiré. L’or des rivières et des terrasses alluviales vaudoises et genevoises provient entièrement de ces moraines. Certaines rivières comme l’Allondon et certains segments du Rhône ont conservé leur lit de façon durable entre chaque période glaciaire, permettant de concentrer les paillettes d’or et les minéraux denses. Ces couches de sédiments enrichies sont appelées « placers ».